Créativité : quand l’écologie se met à la remorque

Par

Marie-Pierre Demarty

Le

Gros plan sur le timon de la remaorque d'Arverne Durable, conçue pour transporter un panneau solaire
La remorque est tendance ! Nombreuses sont les associations et structures à vocation environnementale qui, ces dernières années, ont opté pour ce moyen de déplacer… tout ce qu’on peut imaginer. Démonstration en 5 ou 6 exemples.

Le pourquoi et le comment   [cliquer pour dérouler]

Parce que c’est les vacances, j’ai eu envie d’un sujet léger, amusant, surprenant… mais qui raconte quand même plein de choses sur le génie humain quand il s’agit d’inventer des solutions simples, à portée de tous, pour construire le monde de demain.

Une ode au bricolage, à la créativité et à la convivialité.

Laissez-vous trimballer…

Marie-Pierre

Qu’est-ce qui a deux roues (parallèles), pas de moteur et peut servir à déplacer tout et n’importe quoi ? Réponse : une remorque !

Depuis que je sillonne le territoire puydômois à l’affut des belles initiatives en faveur de l’environnement, j’ai l’impression – peut-être exagérée – de rencontrer des remorques partout.

Est-ce un hasard ? Pas si sûr. Car la remorque a quelque chose d’éminemment adaptable qui la rend très compatible avec différentes notions importantes pour construire le territoire résilient de demain. Il y a dans la remorque du low-tech, de la mobilité douce, du multi-usages, du partage et même de la convivialité. Sans parler de toutes les possibilités de bricoler, de se montrer créatif, de faire soi-même toutes sortes d’aménagements à partir d’un châssis basique. D’où une étonnante diversité dans les réalisations et les usages.

Examinons de plus près quelques-uns de ces attelages insolites rencontrés dans le Puy-de-Dôme, classés par ordre de taille… ou presque.

Information sur notre prochain événement

1. Des services de village en village

Quand il est compliqué de faire déplacer les habitants, il peut être plus simple de se rendre là où ils habitent. En langage d’aménageurs du territoire, on appelle ça la « démobilité ».

C’est toute la philosophie des « Pétillantes », remorques d’animation itinérante créées par l’association Les Monts qui pétillent. Ses membres connaissent le sujet : ils ont fait de la mobilité un sujet prioritaire, car dans la Montagne thiernoise où ils sont actifs, se déplacer est complexe pour plein de raisons : la pente, le manque de transports en commun, le manque de moyens…

Une des "Pétillantes" en partie repliée
Une des « Pétillantes », atelier de réparation de vélo ambulant à disposition des villages de la Montagne thiernoise. – Photo Les Monts qui Pétillent

D’où l’idée d’embarquer du matériel, du savoir-faire et de la convivialité et d’aller sillonner la campagne. « Nous en avons créé deux, qui sont opérationnelles depuis décembre : l’une s’attelle à un vélo pour rayonner sur environ 15 km, l’autre à une voiture pour aller plus loin, explique Mathieu Durafour, co-coordinateur Mobilités et chargé de projets Animation Territoire dans l’association. Elles ont été construites sur le modèle des remorques de marché : petites pour les déplacer facilement, mais ensuite, il y a des panneaux qui se déplient, pour servir de table, de comptoir, d’atelier, d’abri… »

« La remorque est bien adaptée, car elle est légère, multifonctionnelle ; elle peut s’installer partout. »

Mathieu Durafour

Nés d’un projet financé par le Budget écologique citoyen, ces deux ovnis sur roues ont aussi la particularité d’être le fruit de l’imaginaire collectif du territoire, car elles ont fait l’objet de plusieurs ateliers participatifs. Chacun a pu se projeter dans ses usages potentiels ou dans son esthétique. D’où les multiples fonctions prévues ou imprévues qu’elles vont pouvoir remplir.

« Elles ont trois objectifs principaux : sensibiliser à l’éco-mobilité, faire essayer des vélos classiques ou électriques dans une sorte de vélo-école et servir d’atelier de réparation de vélos itinérant, services qui n’existent pas du tout dans ce territoire. Mais elles peuvent aussi servir à autre chose et être prêtées à des personnes qui en auront encore d’autres usages. Nous avions envie d’aller davantage vers les habitants et pour cela, la remorque est bien adaptée, car elle est légère, multifonctionnelle ; elle peut s’installer partout, on peut la faire entrer dans un lieu couvert, s’en servir pour des repas, des spectacles, des animations culturelles », poursuit Mathieu.

Atelier participatif pour imaginer les remorques
Un atelier participatif, en mai dernier, pour imaginer ce que pourraient être les remorques et à quoi elles pourraient servir. – Photo Marie-Pierre Demarty

En cela, les Pétillantes s’adaptent aussi à l’esprit festif de l’association, qui a toujours à cœur de convoquer le lien social et l’imaginaire pour faire vivre ce territoire où l’isolement peut vite se ressentir. Aussi modestes qu’elles paraissent avec leurs panneaux de bois bricolés, elles ne passent pas inaperçu. « Elles se déploient comme des papillons, conclut Mathieu. Elles ont un petit effet cirque qui arrive dans le village. Elles se remarquent ! »

2. Des toilettes inspirantes

Se faire remarquer, c’est aussi la vocation de la remorque suivante. Mais contrairement aux Pétillantes, celle de l’association Fertilisons n’est pas multifonctions. Elle est conçue pour transporter un objet unique, assez inattendu : des toilettes.

Pas n’importe quel type de toilettes, bien sûr. Des toilettes sèches. Car ce projet a pour objectif de sensibiliser à une problématique bien précise : celle de l’assainissement écologique. Autrement dit, à éviter de gâcher de l’eau potable à chaque fois que nous tirons la chasse, alors que nos excréments peuvent être utilement récupérés pour servir de fertilisant. Enora Le Tortorec, qui porte ce projet, voulait donc quelque chose qui attire l’œil.

La remorque toilettes sèches attelée au vélo
Tractée par un vélo à assistance électrique, la remorque avec ses toilettes sèches fait sensation et permet les échanges sur le thème de l’assainissement écologique. – Photo Enora Le Tortorec

Avec sa coque métallique, son beau décor arboré et sa traction par un vélo électrique, la remorque-toilette sèche remplit parfaitement ce rôle. « Même à l’arrêt, quand elle stationne dans ma rue, elle fait réagir. Elle agit comme un vélo-affiche, et encore plus depuis qu’elle est décorée », se réjouit Enora.

Cet outil de sensibilisation original a été élaboré par un architecte grenoblois qui travaillait sur le sujet des toilettes écologiques en ville et de la précarité sanitaire. La Clermontoise s’est approprié l’idée avec enthousiasme : « parce que j’aime le vélo et pour créer un point d’attractivité ; avec son design contemporain, elle attire un autre public que les traditionnelles cabanes en bois », dit-elle, tout en soulignant qu’il s’agit uniquement d’un outil pédagogique.

« Même à l’arrêt, quand elle stationne dans ma rue, elle fait réagir. Elle agit comme un vélo-affiche. »

Enora Le Tortorec

Elle l’utilise pour capter l’attention, afin d’entamer des échanges sur les questions d’assainissement. Trimballer cet outil sur une remorque lui permet un mode de communication « en adéquation avec les modes de vie nomades ou mobiles d’aujourd’hui, et de toucher beaucoup de monde », dit-elle. Elle a même en projet de traverser le département pour aller à la rencontre du public local.

Seul inconvénient : l’outil en question pèse 140 kilos. « Il est plutôt fait pour des villes plates, reconnaît Enora. A Clermont, même avec un vélo électrique c’est limite et la batterie se décharge parfois très vite ! »

3. Une énergie à support stable

Inaugurée il y a deux semaines, la remorque d’Arverne Durable ne pose pas les mêmes questions. Car même si elle a aussi pour vocation de sensibiliser à un sujet environnemental, elle est prévue pour être tractée par un véhicule à moteur.

Celle-ci aussi n’est faite que pour un seul usage : le transport d’un panneau solaire. Pour quoi faire ? Arverne Durable a la volonté de convertir les citoyens aux énergies renouvelables. Et pour convertir, c’est plus efficace de montrer.

« Nous avions envisagé un panneau mobile indépendant du support, mais ce n’était pas pratique. »

Christian Gousset

« Nous voulions être mobiles pour faire de la sensibilisation sur des événements. L’idée est d’avoir un panneau du même modèle que ceux qu’on pose sur les toits des maisons, pour montrer concrètement à quoi ça ressemble. Celui-ci se déploie pour pouvoir être présenté en deux pentes ou en un seul tenant et il est orientable », explique Christian Gousset, cofondateur d’Arverne Durable.

Pourquoi une remorque ? Dans le cas présent, c’était surtout une question d’efficacité de l’arrimage. « Nous avions envisagé un panneau mobile indépendant du support, mais ce n’était pas pratique. Quand le panneau est entièrement déployé, il a une certaine prise au vent et si on avait dû l’installer à chaque sortie, ça pouvait être compliqué de le fixer solidement ; on risquait de l’abîmer. »

La remorque d'Arverne Durable
La remorque de l’association, financée par le Budget écologique citoyen : le panneau solaire est fixé au plateau, pour assurer un arrimage solide. – Photo Marie-Pierre Demarty

D’où la solution de le fixer à son socle. Les bénévoles ont acquis le plateau de remorque, puis ont soudé dessus le pied du panneau. Ce qui donne à l’ensemble une grande stabilité… en même temps qu’une grande mobilité.

La suite de votre article après une page de pub (pour Tikographie)

Merci de votre temps de cerveau disponible ! Le cours de votre article peut reprendre.

4. Quand l’école ne passe pas, la caravane passe

Difficile de parler de remorques sans penser aux bonnes vieilles caravanes qui colonisaient chaque été les campings, il y a quelques décennies. A l’heure où triomphent le camping-car, le mobile-home, la tente Quechua et… le nécessaire zéro-déchet, que faire de ces dinosaures sur roues ? Comme tout le reste : recycler, customiser, bricoler, transformer pour leur donner une nouvelle vie, et en profiter pour remettre le pied à l’étrier à des jeunes en décrochage scolaire. C’est le pari à deux faces qu’a fait Pascale Abraham, éducatrice, en fondant l’association Caranov.

Mais pourquoi les caravanes ? « Mon grand-père était charron et mon père artisan mécanicien sur des machines agricoles : l’un travaillait le bois, l’autre le fer. J’ai choisi d’être éducatrice pour être dans la transmission de savoirs, de savoir-être et de savoir-faire. J’ai imaginé créer avec les jeunes des tiny-houses, mais je n’ai pas les compétences nécessaires, alors les caravanes se sont imposées », explique-t-elle.

Trois jeunes en plein bricolage sur une caravane
Rénover une caravane, c’est facile et cela permet de transmettre des savoir-faire et des savoir-être : un chantier idéal pour les jeunes accueillis par l’association Caranov. – Photo Caranov

Pour Pascale, ces caravanes de récup’ sont idéales dans ce projet, qui accueille des jeunes de tout le département sur le lieu de stockage à Saint-Babel, sur l’atelier du Vernet-Chaméane en proximité avec le lycée agricole Massabielle, ou même… en itinérance, là où le besoin se fait sentir. Car la caravane a cet avantage, par définition, de pouvoir être déplacée !

Mais elle en a beaucoup d’autres pour s’adapter à la transmission à des ados en froid avec les systèmes classiques d’éducation. « Elle peut se transformer facilement pour en faire ce dont on a besoin. On peut être à l’abri pour y travailler. On peut voir rapidement le résultat du travail. On peut bricoler sans avoir à monter sur un escabeau ou apprendre des bases en électricité sans risques tant qu’elle n’est pas branchée », énumère Pascale.

« Elle peut se transformer facilement pour en faire ce dont on a besoin. »

Pascale Abraham

L’éducatrice apprécie aussi la notion d’« aller vers », qu’évoque le nom de la dernière-née de la collection, « Le Timon ».

Travailler sur ces vieilles coques permet aussi de développer la créativité et de s’amuser. On a vu ainsi sortir de l’atelier une caravane-coccinelle rouge à pois noirs ou plus récemment, une « CaraBane » façon cabane en bois, réalisée par les jeunes de la Mission locale en faveur des enfants, qui a accueilli le père Noël lors d’animations de fin d’année.

La caravane escape game
L’art du recyclage ou comment transformer une vieille caravane en escape game. – Photo Caranov

Car ces caravanes relookées, qui n’ont pas le confort et l’équipement d’une résidence de vacances contemporaine, peuvent tout de même trouver toutes sortes de destinations. « Nous les mettons à disposition d’associations, qui donnent en échange ce qu’elles veulent : de l’argent, du temps pour nous aider, du prêt de matériel… Par exemple nous en avons prêté au lieu culturel Les Abattoirs à Riom pour héberger des artistes ; puis les mêmes ont rejoint le camping de Sauxillanges qui a été repris par la Guinguette Folle Allier. Une caravane a été transformée en escape game. Et on peut aussi en mettre à disposition d’un jeune qu’on aurait accueilli et qui, une fois adulte, se retrouverait à la rue… »

Prochain projet en préparation à Caranov : fabriquer une remorque boîte-à-outils, histoire d’être encore plus mobile pour aller bricoler avec les jeunes décrocheurs. Et les aider à se raccrocher aux bonnes branches de la vie.

5. Transhumance dans les volcans

Une dernière pour la route, pour rester dans l’ambiance caravanière et pour franchir encore un pallier en termes de taille. Je l’avais évoquée en juillet dernier dans un reportage dans la chaîne des Puys, où le Parc des Volcans fait entretenir le paysage et « nettoyer » le cratère de certains volcans par un troupeau de moutons mobile. Chaque été, ils restent quinze jours ici, quelques semaines là, vont débroussailler un peu plus loin…

Et donc, qui dit troupeau mobile dit forcément berger mobile. Attentifs au confort de leur travailleur saisonnier en perpétuelle transhumance, les commanditaires ont investi dans une belle maison sur roulettes, sorte de tiny-house sans moteur qui peut être tractée d’une escale à l’autre.

La cabane pastorale avec Rémi, le berger
Rémi, le berger, présente la cabane pastorale qui l’a hébergé tout l’été au pied des puys. – Photo Marie-Pierre Demarty

Conçue spécialement pour cet usage, la cabane pastorale se marie avec le décor forestier de la chaîne des Puys, se fait remarquer par le randonneur mais ne laisse pas de traces après son passage.

De quoi conclure que décidément, la remorque a vraiment tout pour séduire les amoureux de l’environnement.

Tiens mais au fait, la première remorque du monde contemporain ne serait-elle pas née en Auvergne ?

Une remorque Michelin attelée à une mobylette
Une remorque Michelin, attelée à une vieille mobylette… Et si on la remettait au goût du jour ? – Photo Benoît Prieur (domaine public)


Reportage Marie-Pierre Demarty. Photo à la une Marie-Pierre Demarty : le timon de la remorque d’Arverne Durable, support d’un panneau photovoltaïque de démonstration.

Soutenez Tikographie, média engagé à but non lucratif

Tikographie est un média engagé localement, gratuit et sans publicité. Il est porté par une association dont l’objet social est à vocation d’intérêt général.

Pour continuer à vous proposer de l’information indépendante et de qualité sur les conséquences du dérèglement climatique, nous avons besoin de votre soutien : de l’adhésion à l’association à l’achat d’un recueil d’articles, il y a six façons d’aider à ce média à perdurer :

La Tikolettre : les infos de Tikographie dans votre mail

Envie de recevoir l’essentiel de Tikographie par mail ?

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre newsletter en cliquant sur le bouton ci-dessous. Résumé des derniers articles publiés, événements à ne pas manquer, brèves exclusives (même pas publiées sur le site !) et aperçu des contenus à venir… la newsletter est une autre manière de lire Tikographie.