LieU’topie met les petits plats dans un grand projet alimentaire pour les étudiants

Après trois mois de travaux, le tiers-lieu clermontois étudiant a ouvert une cantine solidaire fonctionnant deux jours par semaine. La dernière brique d’un projet bien construit pour lutter contre la précarité alimentaire des jeunes.


Cliquez sur les intitulés sur fond noir ci-dessous pour en dérouler le contenu. Vous pouvez aussi afficher en grand chaque visuel en cliquant dessus.

Mon ressenti

Des jeunes qui se bougent (comme ils disent), qui construisent un projet cohérent, complet, pérenne, aussi écologique que solidaire, pour aider les étudiants en précarité et faire changer en profondeur les habitudes alimentaires…

Est-il besoin d’expliquer davantage pourquoi (comme ils disent) j’ai kiffé ?

Marie-Pierre

Les principaux points à retenir

  1. La cantine solidaire de LieU’topie, le tiers-lieu étudiant clermontois, a ouvert après trois mois de travaux financés par le budget écologique citoyen.
  2. Le principe : des repas végétariens à prix libre, les mardis et jeudis midi, cuisinés par des étudiants bénévoles à base d’invendus récupérés quotidiennement dans des supérettes bio partenaires et chez des maraîchers. Ce qui reste est mis en barquettes pour une distribution en frigo solidaire.
  3. Cette initiative s’inscrit dans un projet alimentaire plus large, construit d’année en année, pour lutter contre la précarité étudiante et faire changer les habitudes alimentaires.
  4. Outre la récupération des invendus et la cantine, ce projet a un volet agricole à la ferme de Sarliève, un volet sensibilisation avec des ateliers cuisine, des collectes de recettes, des conférences, etc. Et bientôt un atelier de transformation-conserverie en partenariat avec le lycée agricole de Marmilhat.
  5. Ce projet est à l’image de la belle dynamique du tiers-lieu, qui fêtera l’an prochain ses dix ans et est devenu à Clermont une institution étudiante reconnue, écoutée et bien financée.

Information sur notre prochain événement

Ce mardi, c’est salade de pommes de terre sautées et crudités, et un appétissant crumble aux pommes pour le dessert. Avec des fruits et légumes frais et bio, récupérés des invendus de maraîchers et supérettes bio de l’agglomération clermontoise partenaires. Cinq ou six étudiants, bénévoles, s’activent à éplucher, faire cuire, préparer la sauce ou la pâte. Une vingtaine de repas seront servis à midi.

Nous sommes à LieU’topie, au cœur du quartier des facs à Clermont. Le tiers-lieu étudiant, qui fêtera ses dix ans l’an prochain, inaugure un nouveau service : depuis début mai, une cantine ouverte deux jours par semaine – le mardi et le jeudi – permet de déjeuner sainement et dans la convivialité.

On serait tenté d’ajouter « à prix modique », mais c’est encore mieux : comme pour beaucoup d’autres activités proposées ici, on mange à prix libre. « C’est donner la possibilité à chacun d’une part d’acquérir un même produit selon ses moyens et ses motivations, et d’autre part de donner la possibilité à l’association de perdurer et de mettre en place d’autres projets », expliquent les affichettes du lieu.

LieU'topie
LieU’topie : un tiers-lieu accueillant au cœur du quartier des facs. – Photo Marie-Pierre Demarty

Des invendus et un vélo-cargo

La cantine a ouvert après trois mois de travaux qui ont permis, sinon de pousser les murs de ce lieu pas très grand, du moins d’optimiser l’espace et de le rendre plus fonctionnel. Des travaux financés par un financement du budget écologique citoyen du Conseil départemental.

« Nous avions déjà une petite cuisine domestique où nous organisions des ateliers cuisine, des buffets pour nos événements, etc. L’investissement a permis de la transformer en quelque chose de plus fonctionnel, avec du carrelage et un équipement professionnel, une plaque de cuisson et un four efficaces, de l’inox pour que ce soit plus facile à nettoyer et une mise aux normes plus sérieuse. Nous avons également créé une cloison pour séparer la cuisine, et aménagé de nouvelles toilettes qui sont désormais accessibles aux personnes à mobilité réduite », indique Tanguy en faisant visiter les lieux.

la cuisine de Lieu'topie
La cuisine a été entièrement rééquipée en matériel professionnel, autant que possible d’occasion, grâce au budget éco-citoyen. – Photo Marie-Pierre Demarty

Comme il le précise également, la cantine est ouverte en priorité aux étudiants, mais aussi à tous les publics sans discrimination – à LieU’topie, on est favorable à l’ouverture et à l’intergénérationnel. Les repas sont végétariens, mais pas toujours vegan selon ce qui est collecté en invendus. Et la collecte, déjà existante auparavant, se fait à l’aide du vélo-cargo de l’association, par les services civiques ou des étudiants bénévoles qui, en plus de pouvoir rendre service, prennent plaisir à faire un petit tour de ville sur ce drôle d’engin.

Tanguy, c’est un peu le chef d’orchestre. Il établit les menus en fonction de ce qui arrive, va acheter les quelques ingrédients qui peuvent manquer, prévoit les quantités en fonction des réservations, répartit le travail entre les bénévoles, donne les instructions… Il est l’un des trois salariés, en charge du projet alimentaire de l’association.

Tanguy
En tant que responsable du projet alimentaire, Tanguy coordonne le travail des bénévoles dans la cuisine. – Photo Marie-Pierre Demarty

Un projet alimentaire cohérent

Car le tiers-lieu étudiant a un véritable projet alimentaire, construit au fil des ans, dont la cantine constitue la dernière brique en date. « Même si la crise du covid l’a davantage mise en avant, la précarité alimentaire existe depuis très longtemps parmi les étudiants et elle fait partie du projet de LieU’topie depuis le début. C’est un de ses axes les plus importants. Et nous constatons que le pouvoir d’achat des étudiants est de plus en plus limité, leurs jobs de plus en plus précaires. Nos enquêtes montrent même que la situation à Clermont est pire que les constats à l’échelle nationale », poursuit-il.

« Même si la crise du covid l’a davantage mise en avant, la précarité alimentaire existe depuis très longtemps parmi les étudiants. »

Tanguy, responsable du projet alimentaire

L’idée est de mettre en place des projets cohérents pour permettre aux étudiants de se nourrir à des prix accessibles pour eux, mais aussi avec des produits sains, de préférence bio et végétaux. Au fil des ans, l’association a ainsi mis en place des ateliers cuisine, de la récupération d’invendus pour redistribuer à prix libres, ou encore, grâce à une subvention du CROUS, des abonnements à ce qui s’appelait les « SSUper-paniers », en partenariat avec Les Marchés de Max et Lucie jusqu’à la liquidation en février dernier de l’épicerie-distributeur de paniers locaux. « Nous sommes en train de travailler à trouver les financements pour les réactiver, avec une réorganisation en partenariat direct avec des producteurs », assure Tanguy.

Lire aussi : « Les Marchés de Max et Lucie, une épicerie à visage trop humain »

Les partenariats sont une clef importante de tous ces projets. Par exemple, un travail avec L’Étonnant Festin est en cours pour apprendre – ou perfectionner – un collectage de recettes de cuisine. Le tiers-Lieu participe aussi, en connivence avec l’association de quartier, à l’animation du jardin partagé de Rabanesse. Et à la fermeture de l’enseigne La Petite Réserve fin 2022, le frigo solidaire de celle-ci a été récupéré et installé sur le trottoir de la rue Kessler.

Frigo solidaire
Sur le trottoir devant LieU’topie : un frigo solidaire et des restes de légumes à prix libre. – Photo Marie-Pierre Demarty

De la fourche au frigo solidaire

Plus surprenant, mais toujours en cohérence avec l’idée d’accompagner les jeunes dans leurs choix alimentaires, LieU’topie est devenu sociétaire de la ferme de Sarliève. Pas seulement en investissant dans des parts ou en récupérant des productions, mais avec l’ambition de prendre en charge directement des cultures. « Potentiellement la ferme pourrait nous mettre à disposition 1 hectare, mais nous n’en travaillons qu’une partie pour l’instant. Nous avons lancé des productions en fonction de ce dont j’ai besoin pour la cantine », explique encore Tanguy.

Un projet « de la fourche à la fourchette » en quelque sorte, et même un pas plus loin, avec un important volet de sensibilisation qui trouve aussi sa place dans la programmation culturelle du tiers-lieu. Celle-ci proposait par exemple, le soir-même de l’inauguration de la cantine, une conférence gesticulée sur le thème « notre alimentation, symbole d’un malaise social ? ».

le programme du cycle alimentation
Le projet alimentaire passe aussi par une programmation de sensibilisation sous forme d’ateliers et conférences. – Photo Marie-Pierre Demarty

Pourquoi ajouter la cantine à ce projet déjà multiformes et très complet ? « Un des thèmes qui nous tiennent à cœur est celui du gaspillage. Or nous constations qu’après nos distributions des invendus des magasins et maraîchers, paradoxalement nous avions des restes. Parce que les produits distribués sont bruts et les étudiants, souvent, n’ont pas le temps, pas envie ou ne savent pas cuisiner. Il nous reste encore de la marge pour les amener à le faire. C’est pourquoi nous avons souhaité les aider un peu plus en cuisinant pour eux. Et pour ne pas gaspiller, s’il y a encore des restes nous faisons des barquettes pour le frigo solidaire », poursuit Tanguy.

« Les étudiants comprennent que nos projets ont du sens et sont développés à leur bénéfice. »

Mathieu, coprésident de LieU’topie

Un dernier projet, également financé par le budget écocitoyen, se met également en place : celui de transformer la part des invendus non utilisés par la cantine en conserves, cette fois en partenariat avec le lycée agricole de Marmilhat. Et pour une distribution sur le même principe de vente à prix libre aux étudiants. « Avec une petite consigne pour qu’ils nous ramènent les bocaux », précise Tanguy. Parce que décidément rien n’est gaspillé ici.

Un tiers-lieu pérenne

Que ce projet de cantine ait pu voir le jour est aussi le symptôme d’autre chose : la vitalité du tiers-lieu étudiant clermontois et la capacité d’une jeunesse étudiante bien armée pour monter des projets complexes, pérennes et riches de sens. « Après la passation du relais de la première équipe il y a cinq ans, puis les années bizarres de la période covid, nous sommes maintenant dans une belle dynamique », souligne Mathieu, coprésident de l’association, qui se réjouit de la facilité avec laquelle le projet parvient à trouver des bénévoles : « Les étudiants comprennent que nos projets ont du sens et sont développés à leur bénéfice. »

Sans compter que le conseil d’administration, ajouté aux trois salariés et autant de services civiques, a acquis un vrai savoir-faire en matière de montage de dossiers, de recherche de financements et d’organisation.

l'équipe Lieu'topie
Autour de Tanguy, l’équipe des bénévoles à la cuisine ce jour-là. – Photo Marie-Pierre Demarty

Pour preuve la façon dont ils ont prévu la viabilité du projet alimentation. Outre le financement du budget participatif pour les investissements sur la cantine, le poste de Tanguy sera sécurisé durant deux ans par une subvention européenne. « Cela nous laisse le temps d’une phase de test, jusqu’à la fin de l’année, pour ancrer les habitudes des étudiants, observer ce que rapporte le prix libre, comprendre quels sont nos besoins pour aller chercher des financements complémentaires », détaillent Tanguy et Mathieu.

Encore mieux : le savoir-faire culinaire du tiers-lieu commence à être sollicité pour préparer des buffets lors d’événements festifs. « Avec la fermeture de Max et Lucie, qui avait développé un service traiteur l’an dernier, nous pressentons qu’il y a une place à prendre, aux côtés de la Goguette, Raboule et toute cette mouvance d’alimentation éthique et solidaire avec qui nous avons des liens, constate Mathieu. C’est encore une piste pour consolider notre modèle et nous pérenniser. »

Lire aussi : « A la Goguette, Jonathan Biancolin et Laura Bossé misent sur l’éco-responsabilité conviviale »

Si vous aviez dans l’idée que les étudiants étaient d’insouciants rêveurs, voilà de quoi revoir l’idée en question : à travers ce projet alimentaire comme dans ses autres initiatives, LieU’topie est devenu une institution de la vie étudiante, et même de la vie clermontoise, engagée et solidement structurée.

Une dernière petite anecdote pour finir de vous en convaincre : parmi les 77 lauréats du budget participatif 2022-23, celui de la cantine solidaire est celui qui a recueilli le plus de votes citoyens.

Consulter le site internet de LieU’topie

Reportage réalisé mardi 9 mai 2023. Photo de Une Marie-Pierre Demarty


Tikographie est un média engagé localement, gratuit et sans publicité. Il est porté par l’association loi 1901 du même nom, Tikographie, dont l’objet social est à vocation d’intérêt général.

Pour continuer à vous proposer de l’information indépendante et de qualité sur les conséquences du dérèglement climatique, nous avons besoin de votre soutien : de l’adhésion à l’association à l’achat d’un recueil d’articles, il y a six moyens de participer à notre projet :

Envie de recevoir l’essentiel de Tikographie par mail ?

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre newsletter en cliquant sur le bouton ci-dessous. Résumé des derniers articles publiés, événements à ne pas manquer, brèves exclusives (même pas publiées sur le site !) et aperçu des contenus à venir… la newsletter est une autre manière de lire Tikographie.