L’effet rebond, méchant trouble-fête

Par

Auteur Invité

Le

Un basketteur pour illustrer l'effet rebond

Pour notre nouvelle rubrique « carte blanche », nous ouvrons nos colonnes à Yoan de Macedo, auteur d’un blog où il développe ses réflexions sur le numérique, les urgences écologiques, les modes de vie… Il a choisi de nous parler d’un sujet auquel nous devrions tous prêter une grande attention.

Les intitulés dans un rectangle noir sont des blocs déroulants : cliquez dessus pour accéder à leur contenu.
De même, cliquez sur chaque photo ou visuel pour l’afficher en grand format.

L’auteur : Yoan de Macedo

Yoan de Macedo portrait

Développeur web et blogueur éco-inquiet

Informaticien clermontois depuis le début des années 2000, Yoan de Macedo a été cofondateur de la société Octolys qui, avec 15 ans d’avance sur la crise sanitaire, développe à partir de 2005 Thelia, un outil permettant aux petits commerces de pratiquer la vente en ligne.

Parallèlement, il commence dès cette époque à se questionner sur les effets du numérique et défend notamment la notion de logiciel libre. Il commence à s’exprimer à travers un blog.

En 2012, Octolys fusionne avec l’agence web auvergnate Open Studio. C’est l’occasion pour Yoan de démarrer une nouvelle aventure en free-lance pour accompagner des entreprises et commerçants dans le développement d’activités de e-commerce.

Vers 2015-2016, de nouvelles préoccupations et thématiques apparaissent sur son blog, témoignant d’une prise de conscience des urgences écologiques et du rôle du numérique – pas forcément positif comme on le présente souvent – dans ces problématiques.

Son blog développe ces thématiques, mais aussi une réflexion plus générale sur les modes de vie et sur la nécessité de sobriété.

Aujourd’hui installé à Ennezat et toujours free-lance, il poursuit son activité en essayant de répondre à sa dissonance cognitive par le conseil en éco-conception et en sobriété numérique.

Consulter le blog de Yoan de Macedo
Exemplaires en vente à la librairie des Volcans d’Auvergne

Dans les médias, les solutions envisagées pour la transition écologique sont de plus en plus mises en avant. C’est une bonne nouvelle. En effet, la technique peut nous aider à réussir cette prouesse vertigineuse et indispensable. On ne parle ni plus ni moins que de parvenir à garder la terre habitable. La tâche à accomplir est immense.

Mais la technique ne suffira pas. Nous n’en parlons décidément pas assez. Réduire cette transition à un problème technique est, je crois, une erreur monumentale.

Prenons l’exemple de la voiture électrique. Suffisamment utilisée, elle émet beaucoup moins de CO2 qu’une voiture thermique sur son cycle de vie complet. C’est un fait. Mais elle nécessite beaucoup plus de cuivre notamment. Remplacer tout le parc automobile n’est donc pas anodin du tout (et le cuivre n’est pas le seul élément concerné). Le CO2 est notre principal problème mais il est loin d’être le seul. Résumer la transition à cet indicateur est très dangereux. Je ne veux pas du tout dire par ailleurs que la voiture électrique n’est pas intéressante. J’y reviendrai plus loin.

« La technique seule est neutre, c’est la façon dont nous l’utilisons qui prime. »

Mais ce n’est pas tout. Si demain, je dispose d’une voiture électrique, n’aurais-je pas tendance à la prendre davantage pour les petits trajets à la place de mon vélo ou tout simplement d’une bonne marche à pied ? C’est ici qu’intervient le terrible effet rebond appelé aussi « Paradoxe de Jevons ». Les gains apportés par l’amélioration technique sont souvent annulés (et parfois pire) par ce phénomène. Les exemples ne manquent pas. Les voitures consomment moins ? On les utilise davantage et on en construit des beaucoup plus lourdes. On parvient à compresser la vidéo en ligne ? Augmentons alors la résolution de l’image. On améliore l’isolation des bâtiments ? On chauffe davantage pour plus de confort. La liste pourrait être largement complétée. La technique seule est neutre, c’est la façon dont nous l’utilisons qui prime.

Ce dont on a d’abord besoin, c’est d’un nouveau modèle de société avec d’autres valeurs, d’autres objectifs de vie. C’est probablement plus complexe à mettre en place que la simple réponse technique (elle-même déjà difficile à mettre en œuvre). Comprendre l’urgence de la situation pour changer de braquet est l’étape indispensable.

Voyons le côté positif : de nombreux métiers sont à créer. Il faudra se former, accepter de changer d’activité dans certains cas mais les perspectives sont nombreuses. La technique pourra accompagner ce changement et elle est bien utile. Mais, isolée du changement de paradigme, je ne crois vraiment pas qu’elle nous permettra de parvenir à nos objectifs.

« Voyons le côté positif : de nombreux métiers sont à créer. »

L’effet rebond doit donc absolument être étudié et pris en compte lorsqu’on parle d’innovation technique censée améliorer la situation environnementale. En parvenant à limiter cet effet, il est clair que certaines innovations sont tout à fait pertinentes et nécessaires. La voiture électrique en est un très bon exemple.

Je tenais à écrire quelques mots sur ce sujet pour tenter de populariser un peu plus ce concept (plus nous serons à le faire et plus le message sera visible) pour que chacun prenne conscience que le « technosolutionnisme » pris de manière isolée risque de n’être qu’un leurre. Je ne suis pas sûr que l’humanité ait encore le loisir de prendre un mauvais chemin ou un chemin trop sinueux. Je sais aussi que ces lignes ne changeront pas le monde mais si quelques personnes en discutent avec quelques autres, alors… le colibri aura participé à une juste cause.

Les spécialistes nous rabâchent chaque année que la situation est grave, que le sablier se vide et qu’il reste peu de temps pour limiter les plus gros effets du changement climatique. Les conséquences sont déjà très présentes dans de nombreux endroits du globe et commencent sérieusement à se faire sentir chez nous aussi. Nous devrons collectivement accepter de faire évoluer nos modes de vie si nous souhaitons garder une planète habitable avec une certaine sérénité.

Yoan de Macedo

Lire le portrait : « Yoan de Macedo, numérique mais pas trop »
Les articles de la rubrique « carte blanche » sont librement proposés par des personnes de l’écosystème local déjà publiés dans Tikographie, et soumis à la validation de la rédaction.

Photo Terrillo Walls / Unsplash

Tikographie est un média engagé localement, gratuit et sans publicité. Il est porté par l’association loi 1901 Par Ici la Résilience, dont l’objet social est à vocation d’intérêt général.

Pour continuer à vous proposer de l’information indépendante et de qualité sur les conséquences du dérèglement climatique, nous avons besoin de votre soutien : de l’adhésion à l’association à l’achat d’un recueil d’articles, il y a six moyens de participer à notre projet :

Envie de recevoir l’essentiel de Tikographie par mail ?

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre newsletter en cliquant sur le bouton ci-dessous. Résumé des derniers articles publiés, événements à ne pas manquer, brèves exclusives (même pas publiées sur le site !) et aperçu des contenus à venir… la newsletter est une autre manière de lire Tikographie.