Un Budget Ecologique Citoyen pour embarquer le grand public et les associations

Par

Damien Caillard

Le

Porté par le Conseil départemental en 2020, le premier Budget Ecologique Citoyen a financé 63 projets pour 2 millions d’euros. Quel retour d’expérience peut-on en tirer ?

Les principaux points à retenir

  1. Le Budget Ecologique Citoyen (BEC) veut inciter les citoyens, les collectifs et les associations de toute taille engagé dans la transition écologique et solidaire à développer des actions et pérenniser des projets sur le territoire.
  2. Une enveloppe de deux millions d’euros est dédiée au BEC avec un montant maximum d’environ 60 000 euros par projet selon les besoins exprimés et les dépens.
  3. La sélection des projets est réalisée par une commission composée de 31 citoyens volontaires des différents cantons du département ainsi que 8 élus représentatifs de l’assemblée départementale. Le vote final des projets lauréats est fait par les citoyens via une plateforme en ligne ou les votes « papier ».
  4. Les lauréats interrogés sont satisfaits de la démarche mises en œuvre même si des améliorations sont possibles. En particulier, la question de la transparence vis à vis du vote papier peut se poser.
  5. Conscients que le dispositif n’est pas parfait, l’équipe en charge de l’organisation au Département souhaite poursuivre les discussions avec la commission citoyenne pour une deuxième édition en 2022., convaincue de l’importance d’impliquer directement les citoyens au projets de la collectivité territoriale.

Le BEC, une démarche participative et citoyenne

Lancée en mars 2020, l’initiative mise en place par le Conseil Départemental du Puy-de-Dôme se veut “une démarche participative avec l’ensemble des citoyens” selon Sarah Communal, cheffe de projet du Budget Ecologique Citoyen (BEC) au Département. 

Des porteurs de projets, individuels, collectifs, associations de toute taille ont été amenés à proposer des initiatives qui relèvent des six champs de compétences du Département [à savoir: l’agriculture, l’énergie, la mobilité, l’eau, la solidarité et l’environnement] et qui répondent à des critères de transition écologique. Au total, une enveloppe de deux millions d’euros a été partagée entre les projets lauréats.

Le débat au sein de la Commission citoyenne a été intense.

Sarah Communal, cheffe de projet BEC

Les projets ont été soumis à une commission citoyenne composée d’une trentaine de citoyens volontaires tirés au sort dans chaque canton et de huit conseillers représentatifs de l’assemblée départementale. “Chaque projet a donné lieu à un débat au sein de la commission avec des projets alliant beaucoup de compétences, le débat a été intense [lors de la sélection]” souligne Sarah Communal qui remercie tous les citoyens ayant participé malgré le climat morose ambiant liée à la pandémie.

Roxana Triboi, membre de la commission citoyenne: une vraie motivation, mais un manque de rigueur

Membre de la commission citoyenne – rassemblant habitants et élus du territoire – qui a coordonné la mise en application du BEC, Roxana Triboi est également architecte, urbaniste, spécialiste des questions d’agriculture et de naturalité en ville et de pastoralisme urbain.

« L’initiative est intéressante, je regrette cependant que les discussions n’aient pas été plus cadrées. Je me souviens notamment que, pour la rédaction du règlement, les discussions partaient un peu dans tous les sens et portaient sur des détails, peu sur le fond. Avec deux millions d’euros en jeu, je pense que la structuration des débats aurait mérité plus d’attention. Néanmoins, la motivation des participants était là, on voyait qu’il y avait une envie et un réel enthousiasme de participer à quelque chose de nouveau.« 

Enfin, les projets retenus par cette commission sont passés à l’épreuve du vote des citoyens sur la plateforme de l’événement ou par l’intermédiaire de votes “papier”. 

Avec un montant maximum d’environ 60 000 euros par projet, 31 projets recevant le plus de votes répartis dans chaque canton devaient être élus en théorie. Finalement, ce sont 63 projets plébiscités par les citoyens en novembre dernier qui ont reçu un financement du Département selon leurs besoins exprimés.

Réunion d’information sur le budget éco-citoyen et prise de parole de Jean-Yves Gouttebel / Crédit photo : Soline Bouveaux (DR)

Des lauréats satisfaits mais conscients des améliorations possibles

Nous avons pu contacter quatre projets lauréats dans trois thématiques et cantons différents afin qu’ils nous présentent leur projet. Ils nous ont également confié leur ressenti sur cette première édition du BEC, entre satisfaction de la démarche et constats de nombreux points d’amélioration.

A Clermont, l’accès à la mobilité pour les femmes

A Clermont-Ferrand, le Centre d’Informations sur le Droit des Femmes et des Familles (CIDFF63), situé dans le quartier de Croix-de-Neyrat, accompagne des femmes en difficulté dans leur insertion professionnelle depuis plusieurs années. Mignol Larme, directrice de la structure, constate “les difficultés auxquelles font face les femmes dans leurs déplacements lorsqu’elles n’ont pas le permis de conduire ou les moyens financiers pour entretenir un véhicule“. “Cela peut constituer des freins pour se rendre en formation ou à des rendez-vous professionnels à l’extérieur” selon elle.

Je pense qu’il y a des efforts à faire sur la communication [du BEC] à l’avenir.

Mignol Larme, CIDFF63

L’objectif du projet monté par l’association vise à pallier ces problèmes récurrents en proposant des moyens de déplacements pour celles qui sont accompagnées dans leur démarche de recherche d’emploi, tout en “gardant le côté écologique et sportif”.

Satisfaite de l’initiative mise en œuvre par le Département et de la confiance accordée par les citoyens, l’association a pu financer grâce à une subvention de 7 000 euros deux vélos classiques, deux vélos électriques, le matériel de sécurité ainsi que la location d’un garage. Des séances de “prise en main” et de formation à la conduite en ville en partenariat avec la plateforme mobilités sont également proposées pour ces femmes. Mignol Larme espère « pérenniser ces actions” et qu’elles puissent “prendre un peu d’ampleur pour lutter contre les stéréotypes”.

Essai des vélos nouvellement achetés grâce au financement BEC par les femmes appuyées par CIDFF 63 / Crédit photo: CIDFF 63 (DR)

Malgré la communication effectuée par le Conseil Départemental, elle confie ne pas avoir été au courant de ce nouveau mécanisme de financement et que le Département les a contacté directement pour proposer un projet. “Je pense qu’il y a des efforts à faire sur la communication à l’avenir” souligne-t-elle. 

Pour contacter l’association:
cidff63-direction@orange.fr
04 73 25 63 95
Voir la fiche du projet sur le site du Budget Ecologique Citoyen

A Ambert, des travaux de rénovation ouverts à tous

Myriam Gissinger, coordinatrice de l’association les Lococotiers basée à Ambert, indique que les membres de l’association sont satisfaits de l’accompagnement aux projets lauréats et qu’il existe une véritable implication de la collectivité territoriale pour la mise en réseau entre les projets. Néanmoins, elle pense que certaines étapes de sélection auraient pu être plus transparentes en particulier la comptabilisation des votes papier : « Nous ne pouvons pas réellement savoir qui a voté pour nous” souligne t-elle.

Elle s’interroge notamment sur un projet lauréat “qui n’avait pas eu beaucoup de votes électroniques et où les commentaires étaient plutôt négatifs sur la plateforme” en comparaison avec d’autres. Elle nous confie que « le vote papier pose problème, le processus est un peu simple” mais pour “autant nécessaire dans nos territoires où les gens n’ont pas toujours un accès internet”.

Travaux de réfection des fenêtres dans le bâtiment de l’association les Lococotiers dans le centre-ville d’Ambert en Mai 2021 / Crédit photo: Les Lococotiers (DR)

Le projet des Lococotiers prévoit de mettre en œuvre et d’animer des chantiers apprenants pour rénover et restaurer le bâtiment dans lequel plusieurs associations, collectifs, indépendants résident depuis l’achat du lieu au sein d’une SCI [Société Civile Immobilière] à but non lucratif. “La création de ce lieu se veut à vocation sociale et contribue à redynamiser le bourg de la ville” précise Myriam. En cela, “il est différent d’autres projets d’espace de coworking plus classiques”. “Toutes les associations que nous hébergeons portent des actions à vocation sociale ou environnementale, qu’ils soient salariés ou bénévoles” ajoute-t-elle.

Le vote papier pose problème (…) mais reste nécessaire dans nos territoires où les gens n’ont pas toujours un accès internet.

Myriam Gissinger, les Lococotiers

Avec un financement de 60 000 euros, l’association souhaite ainsi “faire profiter les habitants des chantiers de rénovation envisagés” pour “leur faire découvrir ce que l’on peut faire par soi-même” afin de faire face à des problèmes d’humidité, de ventilation et d’isolation qui sont fréquents dans le centre ville d’Ambert (selon une étude qui avait été réalisée en 2015). Trois chantiers distincts sont ainsi prévus, le premier concernant l’isolation du toit du grenier débutera le 28 juin. Les chantiers sont ouverts au public pendant une semaine et des repas peuvent être pris sur place sur inscription. 

Pour contacter l’association:
leslococotiers@gmail.com
Voir la fiche du projet sur le site du Budget Ecologique Citoyen

A Issoire, du lien social en milieu rural

A Issoire, c’est un projet de recyclerie itinérante qui a su rassembler les votes. “C’est un projet que nous avions dans les cartons, il y a déjà trois ans” appuie Gwenaëlle Douard, l’une des responsables du projet à la ressourcerie du Pays d’Issoire. « Le BEC nous a permis de réaliser les investissements nécessaires en complément d’autres subventions pour la partie administrative” précise t-elle. Ce sont ainsi 15 000 euros que l’association a reçu.

L’enjeu est maintenant de consolider le modèle économique de la ressourcerie itinérante.

Gwenaëlle Douard, Ressourcerie du Pays d’Issoire

L’objectif de ce projet est d’amener dans les endroits reculés du territoire des services porteurs d’un esprit de solidarité et de lien social. “Nous avons pu nouer des partenariats avec d’autres projets. (…) On sort avec d’autres associations, c’est vraiment intéressant”. Par exemple, la Réparation académie, autre projet lauréat dans le canton d’Ambert, qui donne des conseils pour la réparation de matériel électroménager, électrique ou électronique, les accompagne en tournée. L’enjeu maintenant est de “consolider le modèle économique de la ressourcerie itinérante” insiste Gwenaëlle Douard.

La caravane de la ressourcerie itinérante en action / Crédit photo: Ressourcerie du pays d’Issoire (DR)

Si l’aspect logistique de la collaboration avec le Conseil Départemental s’est bien passé, elle trouve dommageable que la plateforme prévue pour la présentation des projets retenus pour le vote citoyen “soit au point mort sans qu’on puisse s’en emparer et faire des retours aux citoyens qui ont voté pour nous”. 

Pour contacter l’association:
ressourcerie.issoire@gmail.com
Voir la fiche du projet sur le site du Budget Ecologique Citoyen

A Billom, une forêt comestible pour diversifier l’alimentation locale

Dans la commune de Fayet-le-Château située à proximité de Billom, un collectif d’une dizaine de personnes souhaite constituer une forêt nourricière – comestible. “Le projet est né grâce à l’opportunité du BEC” nous confie Stephan Deck, trésorier adjoint de l’association nouvellement créée “La Forêt nourricière de la vallée du Madet” .

Installé dans la commune depuis deux ans avec un projet agricole collectif, il a eu l’idée avec d’autres d’aller plus loin. “Nous souhaitons rassembler dans un premier temps des personnes de la commune sur un projet expérimental”. “L’idée est de voir quelles espèces de plantes, d’arbustes peuvent cohabiter dans un espace arboré et nous permettent de manger » nous explique t-il.

Nous ne savons pas si nous pourrons engager des dépenses au-delà du 31 décembre

Stephan Deck, Forêt nourricière de la vallée du Madet

Une convention a donc été signée entre le collectif et la mairie leur permettant d’avoir trois espaces “archipels” à leur disposition pour mener à bien le projet. “L’ancien verger du bourg sera transformé en pépinière avec un autre terrain” poursuit Stephan. Le design, l’inventaire des espèces existantes dans la forêt et les espèces à ajouter ont pu déjà être répertoriées dans un plan d’aménagement du site grâce à une partie de la subvention. 

Collectif de la Forêt nourricière du Madet en repérage dans l’espace arboré qui abritera les nombreuses espèces comestibles en complément de celles existantes. Crédit photo: Stephan Deck (DR)

Avec un financement de 63 000 euros au total, les différentes étapes du projet ont pu être planifiées sur le long terme. Néanmoins, une difficulté se dresse pour l’instant sur leur chemin en raison des contraintes liées au calendrier institutionnel. “Nous ne savons pas si nous pourrons engager des dépenses au-delà du 31 décembre, (…) nous n’avons pas eu de réponses jusqu’à présent du Département”. En effet, “les plantations devront se faire à l’automne de l’année prochaine, (…) nous pourrons peut-être demander aux pépiniéristes de garder les plants mais ce n’est pas la meilleure solution pour nous”. 

Pour contacter l’association:
foretnourriciere.madet@mailo.com
Voir la fiche du projet sur le site du Budget Ecologique Citoyen

Une deuxième édition en préparation pour 2022

L’équipe chargée de l’organisation cette première édition souhaite renouveler l’opération en 2022, l’année 2021 étant dédiée au suivi des projets lauréats. “Les réflexions débutent pour la prochaine édition en lien avec la Commission citoyenne” précise Sarah Communal. “Si deux millions d’euros vont être alloués de la même manière, des pistes d’amélioration seront proposées et le règlement va évoluer sur certains points » sans plus de détail. Elle évoque également l’idée d’une fête rassemblant les lauréats et d’un système de parrainage des projets “BEC 2”. 

De manière générale, “l’événement doit continuer à être porté par les citoyens” en gardant “léquilibre entre les grosses associations et les initiatives citoyennes qui n’ont pas forcément les mêmes moyens disponibles pour faire une demande de subvention” souligne-t-elle.

Pour Aude Van Haeringen, en charge de la transition écologique au Département, la dynamique créée par la première édition commence à porter ses fruits en « modifiant le rapport entre la collectivité et les citoyens (…), on nous sollicite de plus en plus« . Le Conseil Départemental souhaite poursuivre dans cette lancée et pourquoi pas faire des émules grâce au réseau des lauréats. « L’action crée l’engagement » conclut-elle.

Pour aller plus loin :
le site du Budget Ecologique Citoyen 2020 et le détail des projets lauréats
Retour au dossier sur le Master Plan et la transition écologique au Conseil départemental du Puy-de-Dôme

Rédaction de l’article et entretiens réalisés par Bastien Durand en juin 2021 / Crédit photo de Une : Soline Bouveaux (DR)