Un média local engagé

Tikographie souhaite favoriser la prise de conscience et l’action dans le cadre de l’urgence environnementale, à l’échelle du Puy-de-Dôme. Nous croyons en effet que le prisme local est le meilleur levier pour s’engager vers un nouveau modèle socio-économique, adapté aux limites planétaires et résilient face aux crises à venir.

Lancé sous une première version en avril 2020, Tikographie change de dimension en septembre 2022. Notre objectif est de proposer un média traitant principalement des enjeux de résilience territoriale à l’échelle du Puy-de-Dôme, mais de manière plus variée, plus engagée, et facilitant la prise d’initiative.

Le projet tel qu’il est présenté ici est résumé à l’été 2022, en amont de sa transition.
Il sera complété en septembre 2022 par des interactions avec différents groupes de partenaires, lecteurs et non-lecteurs, pour lui donner sa forme finale (en termes éditoriaux, techniques et commerciaux).
Enfin, il sera testé jusqu’en décembre 2022 avec l’équipe éditoriale. Le but est de parvenir à un « prototype » pérennisable sur l’année 2023.
Donc … à suivre !

Engagement sociétal

L’urgence environnementale s’impose de plus en plus comme le sujet majeur. Mais il est difficile de savoir comment agir, et par où commencer ? Or, nous sommes convaincus qu’une « approche territoriale » – par les lieux et les gens qui nous sont proches et accessibles – est la bonne solution pour susciter l’engagement. Parce que notre territoire compte pour chacun d’entre nous, parce que nous y vivons, nous le traversons chaque jour, nous sommes attachés à ses paysages, ses sites, ses habitants et sa culture … nous sommes plus enclins à vouloir le défendre ou le préparer face au dérèglement environnemental qui le frappe de plein fouet.

Ainsi, Tikographie propose une série de contenus et de rencontres centrés sur un « Puy-de-Dôme élargi« , car nous sommes basés à Clermont et il est logique de commencer par notre territoire ! Ces articles, ces événements s’adressent à différents publics mais sont pensés pour faciliter l’engagement – voici ceux qui seront testés sur l’automne 2022 :

  • des enquêtes, des entretiens, des portraits et des reportages « vie pratique » pour le grand public intéressé par la transition écologique dans le Puy-de-Dôme;
  • des états des lieux par thématiques, synthétisant les retours de différents acteurs locaux, pour les personnes désirant faire le point sur les ressources vitales du territoire;
  • enfin, une cartographie d’initiatives, un agenda de l’écosystème, un suivi simple de l’actualité et des guides de bonnes pratiques, pour les personnes souhaitant porter une initiative nouvelle ou s’engager dans un projet existant.

Ces contenus éditoriaux seront complétés graduellement par des temps de rencontre, de découverte et d’échange sous forme de visites terrain accompagnées et de conférences inspirantes.

J’aime cette image de l’explorateur : le jeune chercheur Andrei Kartoziia se prépare pour arpenter l’île de Samoylov, dans le grand Nord sibérien, afin d’étudier la conductivité du permafrost. Il semble à la fois paré à toute éventualité et avide de découverte. / Crédit photo : Alexey Faguet (Wikimedia Commons, CC BY 4.0)

Toute cette logique éditoriale vise à renforcer la résilience du territoire, autrement dit de préparer les acteurs locaux aux crises écologiques à venir, et de pouvoir les « dépasser » dans une logique globale de transition. Il s’agit bien de dépasser l’éco-anxiété que nous ressentons tous en comprenant mieux ce qu’il se passe, en se rapprochant d’autres personnes engagées localement, et en « mettant les mains dans le cambouis » … tout en étant lucides face aux incertitudes du monde qui s’ouvre devant nous.

Un modèle économique associatif

Auparavant hébergé dans une mini-entreprise familiale, Tikographie bascule au sein de l’association Par Ici la Résilience à l’automne 2022.

Pourquoi ? Parce que le projet éditorial nous semble plus cohérent s’il est partagé par une gouvernance associative, ouverte à tous et d’intérêt général. Nous essayerons ainsi d’assurer la pérennité économique du projet le plus possible par le soutien de ses adhérents. A ce jour, si les événements seront probablement payants (mais accessibles), nous n’avons pas tranché sur le degré d’ouverture de l’ensemble des contenus éditoriaux … qui sont donc, dans l’immédiat, en accès libre 🙂

Nous envisageons également un temps fort annuel, probablement à partir d’octobre 2023, pour faire le point sur la résilience de notre territoire, et pour publier un guide papier dédié aux initiatives locales. Là aussi, le niveau de participation sera à évaluer selon l’économie globale du projet.

Par ailleurs, d’autres sources de revenus peuvent être envisagées mais avec une grande vigilance, du fait de la nécessaire liberté éditoriale et du risque omniprésent de greenwashing : subventions publiques (locales ou extra-locales), fondations privées, publicité et sponsoring … seront étudiées au cas par cas, et éventuellement engagées avec les garde-fous nécessaires.

Tous ces aspects d’économie et de fonctionnement seront débattus au sein de l’association. Nous serons heureux de vous y retrouver si vous souhaitez adhérer.

Le 2 octobre 2020, la seconde Rencontre de la Résilience a eu lieu à la librairie des Volcans, sur le thème de la production alimentaire / Crédit photo : Théo Durand (DR)

Enfin … pourquoi Par Ici la Résilience, et pas une nouvelle structure ad hoc ? Pour deux raisons – parce que Damien est co-fondateur et administrateur de cette association, et parce que Par Ici la Résilience a déjà deux années d’actions en faveur de la transition écologique locale : ses membres actifs ont animé 20 Rencontres de la Résilience depuis septembre 2020. Ce sont des tables rondes avec des acteurs locaux variés, en direct et en public, puis retransmises en podcast (par exemple sur Deezer ou Spotify). Elles ont permis d’aborder de nombreux sujets sous forme de discussion, de la qualité de l’eau des rivières au biométhane en passant par la mobilité rurale ou la distribution alimentaire de proximité.

Depuis mai 2022, les Rencontres sont désormais organisées par le TEDxClermont sous forme de Conversations. Mais compléter l’action événementielle de Par Ici la Résilience par un média numérique nous a semblé logique.

L’équipe éditoriale

A compter de septembre 2022, pour assurer la réalisation des contenus et l’organisation des événements, une équipe de trois journalistes sera assemblée. Elle conduira un test sur l’automne 2022 pour voir si la nouvelle offre de Tikographie s’avère pertinente.

Mais qui sommes-nous ? Nous nous sommes connus à Epicentre Factory, le tiers-lieu/espace de coworking du centre-ville de Clermont (fermé en 2020) dédié aux sujets d’Economie Sociale et Solidaire. Nous avons progressivement travaillé ensemble sur plusieurs projets et réalisés des contenus en commun. En juin 2022, je propose à Marie-Pierre et à Imco de me rejoindre pour tenter l’aventure à plusieurs – comme on dit dans la télé-réalité.

Damien Caillard, rédacteur en chef, en charge de l’état des lieux, des entretiens, des événements et de la diffusion.

Né en 1976 à Clermont, Damien suit des études variées entre commerce, droit et journalisme. Il monte une petite entreprise de production vidéo en 2002 puis rejoint en 2009 le journal La Montagne. Il y travaille alors sur les sujets numérique et innovation.

En 2016, Damien fonde le Connecteur, média associatif territorial dédié à l’innovation. Il participe aussi à la gouvernance du tiers-lieu Epicentre Factory puis à l’association Sens9 qui sensibilise les entreprises locales à une action collective face au dérèglement environnemental.
Enfin, il anime des tables rondes sur ce sujet via l’association Par Ici la Résilience.

Fondateur de Tikographie en avril 2020, Damien a coordonné la rédaction puis la publication (en auto-édition) d’un livre d’entretiens sur la transition écologique en Auvergne intitulé « Si on ne le fait pas, qui le fera ? » et qui paraît à la rentrée 2022.
Marie-Pierre Demarty est responsable des enquêtes, des portraits et de l’édition papier.

Formée à l’École supérieure de journalisme de Lille, Marie-Pierre a été durant dix ans journaliste pour différents quotidiens régionaux. Au tournant du millénaire, son impatience, son besoin d’apprendre et quelques désillusions la poussent à expérimenter d’autres activités. Elle gère durant une quinzaine d’années des projets culturels, puis crée son activité de free-lance dans la communication écrite. Depuis 8 ans, elle met son savoir-faire de « Plume agile » au service d’entreprises, collectivités et collectifs en Auvergne.

Parallèlement, elle s’engage bénévolement auprès de nombreuses initiatives culturelles, citoyennes, environnementales ou collaboratives… Entre autres, elle a été cofondatrice et dernière présidente d’Épicentre Factory, et est vice-présidente de la Baie des Singes, l’une des rares salles de spectacle associatives de la région.

En 2022, elle est co-autrice, aux côtés de Damien Caillard et de Virginie Rossigneux, de l’ouvrage « Si on ne le fait pas, qui le fera ? ».

Imco Lanting est responsable de la cartographie et l’écosystème local et des reportages.

Originaire de la région de Groningue (nord des Pays-Bas), Imco s’est installé en Auvergne en 2017. En tant que journaliste indépendant, ses spécialités portent sur les sujets de science, de développement durable, d’histoire et de culture.

Aujourd’hui, outre ses publications ponctuelles pour divers médias – notamment dans le nord de l’Europe – Imco travaille régulièrement avec l’Office du Tourisme de Clermont Métropole et d’Auvergne-Rhône-Alpes pour des reportages.


Imco avait été interviewé dans Tikographie « version 1 » le 21 octobre 2021

Depuis sa fondation, le média Tikographie était porté jusqu’en septembre 2022 par les sociétés SAGA puis Sidz. Il était animé par Damien uniquement et fonctionnait en auto-financement.

Mentions légales (jusqu’au 31 août 2022)

Tikographie est une marque et un projet éditorial porté par la société Sidz, et membre du SPIIL depuis 2020 (anciennement via sa filiale SAGA, intégrée à Sidz au 1/10/21).

  • Direction de la publication de Tikographie : Edith Caillard. Lui écrire.
  • Edition (rédaction et diffusion des contenus) : Damien Caillard. M’écrire.
  • Les coordonnées de Sidz :
    • Forme : S.A.S.
    • SIRET : 433 897 204 00023
    • APE : 5813Z
    • Adresse du siège : 7 rue Barillot Veuve Coupelon, 63000 Clermont-Ferrand
  • Les coordonnées de l’hébergeur de Tikographie :
    • Gandi, 63-65 boulevard Masséna, 75013 Paris

Enfin, Tikographie ne stocke pas de données personnelles et ne propose pas de service de personnalisation. Il n’y a donc aucune déclaration à la CNIL.

Remerciements

Ce site, son contenu et ce qu’il représente (du temps passé, des idées et des savoirs qu’on m’a fournis, des conseils pratiques …) n’auraient pas vu le jour sans l’aide précieuse de plusieurs personnes :

  • Edith, ma mère, qui préside Sidz et qui me soutient à 100% dans l’initiative, en tant que directrice de la publication notamment;
  • Patrick, expert-comptable de Saga et partenaire fidèle de nos projets familiaux depuis longtemps;
  • Jean-Pierre, mon père qui n’est plus parmi nous mais qui m’a donné l’envie et les moyens de faire ce que je fais aujourd’hui;
  • Sumru, mon épouse, qui m’encourage constamment dans mon exploration et ma passion;
  • Virginie, mon amie coach hors pair, sparring partner sur bien des actions professionnelles comme le Club Open Innovation Auvergne ou encore Sens9, avec l’aide de Marie

Je voudrais aussi remercier de nombreux ami.e.s et personnes de valeur qui m’ont apporté … plein de choses capitales :

  • Emmanuelle et Marie-Pierre d’Epicentre Factory, qui m’ont aidé dans les premières versions du site;
  • toute l’équipe du Connecteur, les membres fondateurs Fabien, Frédéric, Yan et Lionel, les administrateurs Audrey, Alexia et Pierre ainsi que Pauline, Véronique, Lola, Corentin, Alexis et Cindy qui m’ont accompagné dans mon expérience journalistique locale;
  • celles et ceux qui ont bien voulu se prêter au jeu de l’interview alors que le site était encore en montage : Nicolas, Laurent, Quentin et Quentin (ils se reconnaîtront);
  • mes « consultants photo » préférés : Fanny et Jean-Louis;
  • Jean-Anaël qui m’a conseillé et accompagné sur l’hébergement web et les petits soucis de configuration, avec l’aide d’Alexis;
  • plus généralement, toutes celles et ceux qui m’ont encouragé depuis 2016 et 2019 dans mes reconversions professionnelles, des médias locaux à l’innovation … jusqu’à un nouveau pivot, aujourd’hui. Merci 🙂